L’huile d’olive vierge extra est l’un des ingrédients les plus représentatifs de la cuisine méditerranéenne. Sur des tartines de pain de campagne, avec du poisson ou des légumes grillés, des soupes de poisson ou des salades, c’est la touche en plus qui donne de la saveur et du parfum aux plats.

Derrière ce filet d’huile versé pour assaisonner les recettes avec un geste aussi naturel se cache un long travail, qui commence en automne avec la récolte des olives.

La récolte est faite avec des outils qui permettent de protéger le trésor caché dans chaque olive. Le passage du champ à l’huilerie doit être effectué dans la même journée, car le produit doit être transformé encore frais. La pression à froid permet de préserver toutes les propriétés nutritionnelles de l’huile. Voilà tout ce qui se cache derrière ce filet d’huile qui ne saurait manquer sur les tables italiennes.

L’huile, pour qu’elle puisse porter le nom de « vierge extra » doit respecter des critères précis, dont l’acidité qui ne doit pas dépasser 0,8 %.

Consommée avec modération et ajoutée crue dans les plats, dans le cadre d’une alimentation saine, elle contribue à apporter d’importants bénéfices pour la santé: elle prévient les maladies cardiovasculaires, et abaisse les valeurs du mauvais cholestérol. Elle est par ailleurs riche en antioxydants, qui aident à lutter contre le vieillissement des cellules et favorisent la digestion.

 

Source

Fondazione Veronesi